👀 -10% sur votre première commande en vous abonnant à la newsletter 🪕 📦 Expédition entre 3 à 5 jours ouvrés 🚚 Livraison OFFERTE à partir de 60€ d’achat 👀 -10% sur votre première commande en vous abonnant à la newsletter 🪕 📦 Expédition entre 3 à 5 jours ouvrés 🚚 Livraison OFFERTE à partir de 60€ d’achat

Mon Panier

Votre panier est vide.

Livraison offerte dès 60€ d’achat !

Le Nouvel An en Grèce

nouvel an grèce

Partager

LE SAVIEZ-VOUS ?

« Chronia Polla » ! « Bonne Année » !

En Grèce, la tradition n’est pas un vain mot. Et les fêtes du Nouvel An n’en manquent pas ! Une infinité de coutumes, de plats traditionnels, de cérémonies viennent célébrer, certains depuis l’Antiquité, l’arrivée de la nouvelle année.

Si chaque région a ses rituels, certains sont communs à presque tout le monde grec et beaucoup sont censés apporter chance et prospérité. À commencer par les kalenda, ces chants souhaitant fortune et succès, entonnés par des groupes d’enfants la veille de Noël, du Nouvel An et de l’Épiphanie. S’accompagnant parfois d’un triangle et d’un tambour, ils déambulent de maison en maison sonnant aux portes et demandant : « Na ta poume? » (Allons-nous les dire ?), à quoi on se doit de répondre : « Na ta pite ! » (allez-y !), en offrant une petite pièce ou une gâterie.

Symbole de fertilité et de prospérité depuis l’Antiquité, une grenade est accrochée aux portes des habitations. À minuit, le maître de maison écrase la grenade dont les graines répandues sur le sol seront garantes du bonheur et de la santé de la famille. Ce geste accompagne souvent le podariko, coutume qui veut qu’à la même heure un enfant innocent ou un adulte chanceux soit envoyé dehors et revient dans la maison le pied droit en premier, assurant ainsi chance et prospérité à tous !

Ou bien ce sera un gros oignon, symbole de renaissance auquel on prêtait des pouvoirs magiques. Lui aussi suspendu aux portes, parfois emballé dans du papier d’aluminium, il est retiré au matin et sera précieusement conservé jusqu’à l’année prochaine. On en tapote la tête des enfants pour les réveiller le matin du premier janvier et aller assister à la messe de Saint Basile.

À moins qu’on ne choisisse un galet couvert de mousse, autre garantie de réussite et de bonheur. Ramassé sur une plage, dans une rivière ou un étang, il est déposé sur le pas de la porte et il faudra lui marcher dessus le jour de l’An en pénétrant pour la première fois dans la maison.

Pour les grecs, le Nouvel An est aussi une excuse parfaite pour des parties de cartes effrénées, puisqu’il est le premier jour de chance. Elles durent des heures, du début de la soirée jusqu’à minuit et se déroulent habituellement dans les maisons, parfois aussi dans des cafés et des clubs.

Sachez également que cette période est propice à la sortie des kallikantzaros, ces petits gnomes malveillants qui vivent sous terre et passent leur temps à ronger l’arbre qui soutient notre planète. À partir du solstice d’hiver, attirés par la bonne odeur des gâteaux, ils remontent à la surface et sèment la pagaille dans nos rues et nos maisons. Une bonne raison pour ne pas sortir et rester en famille car au matin on ne peut que constater les dégâts : vin renversé, gâteaux grignotés, objets volés ou cassés.

Heureusement, lorsque arrive l’Épiphanie, ils doivent retourner dans leur demeure souterraine. L’arbre ayant eu le temps de se régénérer, ils reprennent leur travail de sape jusqu’au Noël suivant.

On pourrait aussi parler des voutichtades, ces plongeurs qui sautent dans les eaux froides de l’hiver pour attraper la croix lancée par le pope, des momogeroi, jeux de rôles du nord de la Grèce, du Christoxylo (le bois du Christ) cette bûche savamment sélectionnée pour brûler jusqu’à l’Épiphanie, de la coutume du parfum dans les îles Ioniennes ou encore du brûlage de feuilles de laurier.

Mais le plus important reste la distribution des cadeaux qui se fait traditionnellement le jour du Nouvel An et non à Noël, ce que l’on doit à Saint Basile, Agios Vassilis en grec, personnage qui ne ressemble d’ailleurs en rien à notre père Noël car il est mince, brun, avec des sourcils épais et une barbe noire.

Célébré le 1er janvier, ce saint est, en Grèce, synonyme de dons et de charité. On raconte que cet évêque de Césarée qui vécut du IVe siècle, trouva le moyen d’apaiser la colère du gouverneur tout en préservant les biens de ses ouailles. Il les convainquit d’offrir chacun un objet de valeur au gouverneur qui, ému, les refusa. Pour les rendre aux propriétaires sans risque de léser quelqu’un, Saint Basile fit faire des galettes dans lesquelles il dissimula ces objets qui retrouvèrent miraculeusement leur propriétaire. C’est pourquoi aujourd’hui encore, on partage ce jour-là la Vassilopita dont la première part est réservée au Christ, la seconde à la Vierge, la troisième aux pauvres et les suivantes réparties par ordre d’âge. Ce gâteau dissimule une pièce de monnaie que l’heureux gagnant conservera précieusement dans son porte-monnaie jusqu’à l’année suivante.

Gâteau qui viendra clôturer un dîner de fête dont le porc sera l’élément principal – lachanodolmadès (feuilles de chou farcies) en Macédoine, tigania (porc sauté aux poivrons) en Thrace, porc à la sauce œuf-citron à Chalkida, pichti (fromage de tête) à Samos, pasto, (porc salé) à Sifnos, Poutrida me kavolè, (porc au chou-fleur) à Kefalonia, ou Giaprakia (feuilles de vigne farcies) à Rhodes –, sans oublier les myriades de friandises préparées de préférence à la maison et en famille, vin épicé et au miel, kourabiedes ou amygdalota (biscuits aux amandes et sucre glace), Melomakarona (biscuits aux noix et au miel), katadès (sablés aux fruits secs et sucre glace), diplès (pâte aux œufs frite avec miel et noix), Kouféto (amandes blanchies et confites)… Impossible de tout énumérer !!!

 

Grecos vous partage sa recette de la Vassilopita

Préparation : 20 min
Cuisson : 45 min à 1h

Ingrédients  pour 8 à 10 personnes :

  • 6 œufs
  • 480g de farine
  • 250g de sucre
  • 2 sachets de levure chimique
  • 250g de yaourt grec
  • 200g de beurre
  • 160g d’amandes grillées et concassées
  • le zeste d’une bergamote ou d’une orange
  • 1 cuillère à soupe de rhum
  • 100g de sucre glace
  • 1 pièce de monnaie ou 1 gouri, petit médaillon porte-bonheur, qui sera emballé dans un peu de papier d’aluminium

 

Préparation :

  1. Allumez le four à 180°.
  2. Fouettez le beurre ramolli avec le sucre jusqu’à obtenir un mélange presque blanc. Ajoutez le yaourt, puis les œufs un à un, la farine, la levure, le zeste de l’agrume choisi, les amandes et la cuillère de rhum.
  3. Beurrez et farinez un moule (ou tapissez-le de papier sulfurisé). Versez la préparation dans le moule et y dissimulez la pièce.
  4. Faites cuire de 45 minutes à 1 heure. Laissez refroidir, démoulez sur un plat et saupoudrez de sucre glace. Décorez avec des amandes effilées, des feuilles de houx, des bonbons, des étoiles…

 

Vassilopita

Articles similaires
nouvel an grèce
29 décembre 2022

Le Nouvel An en Grèce

LE SAVIEZ-VOUS ? « Chronia Polla » ! « Bonne Année » ! En Grèce, la tradition n’est pas un...
coffret grecos
17 novembre 2022

C’est nouveau : nos produits phares se font coffrer !

Parce qu’on n’a jamais trop de produits Grecos dans ses placards, découvrez notre sélection de produits à travers 5...
15 novembre 2022

L’huile d’olive

LE SAVIEZ-VOUS ? Premier arbre cité dans la Bible, l’olivier serait originaire d’Asie et aurait transité par l’Égypte avant...
7 novembre 2022

Le petit guide de survie grec

Premier voyage en Grèce ? Préparez votre séjour en apprenant quelques mots & expressions pour épater vos amis !...

La newsletter qui donne envie
de jouer du bouzouki 🪕

Rejoignez-nous sur notre newsletter pour
ne rien manquer des dernières infos !
Et profitez d’un code promo de -10% sur votre
prochaine commande !
Sendinblue Newsletter